Sélectionner une page
Voyager avec un drone en avion : est-il légal et dans quelles conditions ?

Voyager avec un drone en avion : est-il légal et dans quelles conditions ?

Voyager avec son drone dans un avion n’est pas aussi simple que de mettre son maillot de bain dans la valise ou son téléphone portable dans la main.

Vous partez en vacances, et vous êtes tenté d’emporter votre drone, pour ne rater aucun moment sensationnel ? Et pour revenir avec des images à couper le souffle ? Trêve de rêverie et posez-vous les bonnes questions ! Pouvez-vous voyager avec votre drone ? Devez-vous le mettre dans le bagage en soute ou le bagage à main ?

Si vous êtes en train de lire cet article aujourd’hui, c’est que vous êtes en attente de réponses sur le fait de transporter un drone dans un avion, et vous trouverez ce qu’il vous faut plus bas dans ce qui suit.

Ce que la réglementation aérienne dit sur le transport des drones par avion !

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de voyager avec son drone. L’IATA (l’association internationale du transport aérien) applique deux règles distinctes pour les drones transportables en avion en estimant qu’un drone en lui-même est composé de deux parties différentes.

  • Une partie dite fragile : c’est le drone et sa radiocommande, qui sont considérés comme des appareils électroniques fragiles ;
  • Une partie dangereuse et facilement inflammable : Ce sont les accumulateurs du drone et de l’émetteur. Autrement dit les batteries en lithium ;

Nous allons voir plus bas dans quelles conditions vous pouvez transporter ces deux parties du drone dans un avion, en bonne et due forme.

Comment transporter un drone dans un avion ?

Le premier point à respecter obligatoirement est de voyager avec les deux parties précitées du drone séparément l’une de l’autre.

Où mettre votre drone ?

Pour le drone en lui-même, il n’y a pas de différence qu’il voyage en soute ou en cabine, si son volume le permet. Du moment qu’il soit séparé des batteries en lithium, même si elles y sont intégrées. Pareil pour sa télécommande, vous pouvez la transporter aussi bien en bagage en soute ou en bagage à main.

La seule recommandation, c’est de bien emballer votre drone et de le placer dans une valise rigide et antichoc, si vous le mettez dans un bagage en soute. Si vous ne voulez prendre aucun risque face à la maladresse parfois des bagagistes, qui expose votre engin à une éventuelle cassure, nous vous recommandons de placer votre drone dans un conteneur spécial.

Où mettre vos batteries ?

Les batteries en lithium sont considérées comme potentiellement dangereuses lors de leur transport en avion. C’est pour cela qu’il est très important de suivre rigoureusement les règles de leur transport :

  • Les batteries du drone doivent être impérativement enlevées et séparées du drone en lui-même ;
  • Les batteries doivent être transportées dans un bagage à main et jamais dans un bagage en soute ;
  • Les contacts des batteries en lithium doivent être isolés, c’est pourquoi, il faut placer les batteries séparément les unes des autres et chacune dans un sac en plastique hermétiquement fermé. Et si vous avez la possibilité, placez chaque batterie dans une pochette spéciale ignifuge qui se vend en commerce ;

Pour conclure, il est important de vous présenter au guichet de renseignements le jour j, ou le guichet des enregistrements, et de porter à la connaissance du personnel la présence de votre drone. Ils vous diront ainsi si vous devez remplir un formulaire de déclaration pour les batteries de votre engin. Il nous ne reste plus qu’à vous souhaiter bon voyage !

Les meilleurs moteurs pour un drone quadcoptère

Les meilleurs moteurs pour un drone quadcoptère

Avoir les meilleurs moteurs de drone vous donnera des temps de vol plus long. Pourtant, cette caractéristique peut assurer la stabilité de vol pour des images précises et exceptionnelles. Un moteur de qualité supérieure sera plus silencieux et aura un bon système de refroidissement. Ci-dessous, nous examinons les meilleurs modèles ayant cette particularité.

La puissance d’un moteur de drone

Lors d’un achat de drone, il est crucial d’accorder une attention particulière au moteur de celui-ci. En effet, c’est ce système qui est responsable de la photographie aérienne réussie de votre quadcoptère. De ce fait, les moteurs plus puissants permettent de lancer l’aéronef à des vitesses vertigineuses. À noter également que ce critère joue un rôle prépondérant dans la stabilité de l’engin, notamment lors des journées venteuses. Afin de pallier la surconsommation des rotors, veiller à ce que le drone choisi présente une autonomie plus confortable. Celle-ci doit tenir jusqu’à 15 minutes, idéale pour les séances de photographies aériennes.

La société Dronetech Europe propose l’un des meilleurs articles en France. Considéré comme le numéro 1 actuellement sur le marché, le Dronemotion Lite offre environ 15 minutes de vol avec des batteries interchangeables. D’ailleurs, ce modèle polyvalent est disponible en pack de deux, jusqu’à trois batteries. Afin de vous proposer un service professionnel irréprochable, Dronetech met à votre disposition un paiement sécurisé et une livraison gratuite.

Les deux types de moteurs les plus prisés

La plupart des drones disponibles sur le marché français sont conçus par deux types de moteurs : les moteurs à courant continu avec balais et ceux qui sont sans balais. Pour bien comprendre la différence, voici les détails.

Le moteur à courant continu à balais

Le moteur à courant continu à balais possède un induit qui fonctionne en tant qu’un électroaimant à deux pôles. Pour ce faire, ce matériel est doté d’un interrupteur rotatif connecté. Ce dernier permet alors d’inverser le sens du courant à chaque demi-cycle. De manière à ce que les pôles puissent être poussés ou tirés contre les aimants. Dans cette situation, vous devez investir dans une maintenance continue des broyeurs à charbon. C’est le seul moyen de garantir une consommation d’énergie adéquate et un fonctionnement assez satisfaisant. Il est important de mentionner à ce stade qu’il peut être utilisé jusqu’à 1000 heures ou moins. De plus, les drones fonctionnant avec ce type de moteurs sont moins coûteux. Toutefois, si vous envisagez une utilisation importante de votre engin autopiloté, ce moteur peut s’avérer non suffisant.

Le moteur à courant continu sans balais

Le moteur à courant continu sans balais a simplement un aimant permanent. Celui-ci est commuté par des changements de polarité électroniques. Ils sont couramment adoptés dans les drones à haute vitesse de rotation. L’une des particularités des moteurs DC à balais est la performance. À noter qu’il fonctionne jusqu’à plus de 1000 heures. Non seulement, ils sont économes en énergie, mais aussi, ils surchauffent moins. Pas besoin donc de système de dissipation supplémentaire. Plus durable, vous n’aurez pas d’arrêts intempestifs ni de frottement et d’usure. Pour cela, rien de tel que notre Techdrone PRO de chez Dronetech Europe. Avec sa puissance de 1500 KV, ce modèle assure des vols silencieux et un pilotage simplifié. Vous aurez aussi la possibilité de contrôler sa trajectoire via notre application mobile.

En conclusion

Après avoir connu les deux types de moteurs présents dans la majorité des drones, il est temps de faire votre choix. Par ailleurs, il est recommandé d’opter pour le modèle DC à balais. Ce dernier fournit une sortie suffisante avec un excellent rapport prix-efficacité. En addition, c’est la solution la plus adéquate en cas de longs vols. Pour faire votre choix, Dronetech Europe est toujours à l’écoute pour vous fournir le meilleur drone selon vos exigences.

Tour d’horizon sur les différents types de drones suivant leurs usages

Tour d’horizon sur les différents types de drones suivant leurs usages

La technologie et l’innovation ont conjointement permis l’apparition de plus en plus de drones en France. Utile dans plusieurs domaines, cet engin est aujourd’hui principalement utilisé pour les prises de vue aériennes. Puisqu’il présente de nombreuses fonctionnalités, on trouve sur le marché tellement de variété pour différentes applications. Ici, nous allons discuter de divers types de drone pour trouver le meilleur avion téléguidé.

Une petite définition s’impose

Commençons par le commencement et voyons ensemble la définition de cet appareil autopiloté. En effet, le drone est un aéronef sans pilote, ni passager. Il peut alors voler de manière autonome ou être piloté à distance. Cependant, le seul ennemi de cet équipement reste les conditions météorologiques, principalement le vent. D’ailleurs cela peut engendrer une perte de contrôle et parfois amener à la destruction totale de l’engin. Donc, il est impératif de se renseigner sur la météo avant de faire voler votre appareil.

Grâce aux différents modèles mis en vente aujourd’hui sur le marché, les drones peuvent servir à des fins variées :

·        Aux journalistes pour proposer des vues aériennes complètes.

·        Aux réalisateurs de films et aux vidéastes.

·        Aux offices de tourisme pour promouvoir un site ou un territoire précis.

·        Aux services de police, de secours et aux militaires pour les enquêtes.

·        Aux agriculteurs pour la surveillance des champs.

Les différents types de drone disponibles sur le marché

Manipulable directement d’un ordinateur ou par pilotage, la classification des drones téléguidés se fait suivant plusieurs paramètres. À cet égard, ces engins peuvent être catégorisés suivant leurs rôles et leurs fonctions. En voici les plus connus pour s’adapter à des besoins très divers.

Le drone de loisirs et les mini-drones

Le drone prend de plus en plus de place dans le domaine de loisirs. En effet, il correspond aux rayons de jouets des enfants, mais également aux adultes. Avec une minuscule structure, ce type d’engin a l’avantage d’être peu onéreux et se pilote facilement. Ces derniers peuvent être pilotés en intérieur et parfois même en extérieur. À noter également qu’ils sont très souvent utilisés dans les missions d’enregistrement et de prise de vues aériennes. Ils sont aussi utilisés dans l’audiovisuel et dans la cinématographie.

Le drone civil

Le drone civil, comme son nom l’indique, est un engin destiné essentiellement aux opérations civiles. Ces derniers sont généralement liés aux domaines de loisirs et de divertissement. En prenant des images et des vidéos aériennes, ces engins téléguidés sont destinés au grand public. Notons à ce propos notre aéronef polyvalent Dronemotion Lite. Avec des prises de qualité incroyable, il s’agit du drone numéro 1 de France. Avec un prix compétitif, Dronetech Europe met à votre disposition un paiement sécurisé ainsi qu’une livraison gratuite.

Le drone professionnel

On a souvent tendance à le confondre au drone civil, mais ce type d’engin présente des fonctionnalités plus larges. Depuis 2018, tout drone de plus de 800 g doit être enregistré à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile). Par ailleurs, les aéronefs professionnels ont de multiples fonctions et sont plus complexes à piloter que les mini-drones. À cet égard, les pilotes peuvent survoler de nuit ou dans les zones urbaines suite à une autorisation. On peut donc les utiliser en thermographie, cartographie, surveillance, contrôle et recherche.

Le drone Militaire

À usage exclusivement militaire, ce type d’aéronef est entièrement différent. Souvent, il est utilisé au cours des missions de reconnaissance et d’espionnage d’une zone à risque. Aussi, pour les missions de surveillance, de renseignements ou d’attaques, le drone militaire est d’une grande utilité. Ils peuvent également se transformer en lance-missile. Pour cela, les grands engins sont exclusivement destinés au monde militaire. De véritables appareils polyvalents, ils sont désormais quasi impossibles de se passer de ce type d’engin.

Drone self-flying vs drones self-piloting , quelle est la différence ?

Drone self-flying vs drones self-piloting , quelle est la différence ?

En ce qui concerne les manœuvres aériennes sympas que le drone peut faire tout seul, il y a un peu de débat : s’agit-il de drone autonome, ou simplement d’actions de pilotage automatique. Les termes « autonome » et « auto-pilotage» ont été des termes interchangeables dans le passé, nous pensons que l’industrie progresse. En bref, l’autonomie est plus importante, et l’autopilotage est presque une caractéristique de base.

Autonomie et autopilotage des drones, une différence subtile

Pourquoi avons-nous besoin d’autonomie en choisissant un drone?

Les meilleurs drones ont commencé à être livrés avec quelques modes de vol autonomes pour améliorer l’utilité. De nos jours, un véritable vol autonome n’a pas lieu tant que le drone ou le système de vol n’a pas décidé où et quand voler sans intervention humaine directe.

Un agriculteur pourrait programmer un drone pour surveiller la clôture tous les jours à partir de 6h du matin. il ira même jusqu’à permettre au drone d’avoir sa trajectoire de vol programmée à l’avance. Ce drone autonome fonctionne entièrement sans interaction du pilote.

Lorsque vous commandez une course, le drone s’auto-diagnostique qu’il est capable d’effectuer le vol demandé, puis décolle et navigue le tout sans intervention humaine, c’est l’autonomie. Ensuite, le drone doit décider lui-même du meilleur itinéraire à parcourir du début à la fin.

Pourquoi avons-nous besoin d’autopilotage en choisissant un drone?

Il existe de nombreux modes autopilotés, mais ils se résument tous à quelques actions de base : soit le drone suit un objet, soit le drone essaie de naviguer vers un ensemble spécifié de coordonnées GPS. Le drone vole peut-être tout seul, mais il a besoin d’un pilote lui pour appuyer sur le bouton de démarrage et saisir une option.

Vous pouvez utiliser des gestes avec les mains pour déclencher ces actions autopilotées. Les commandes vocales sont, également, faciles à expliquer, lorsque vous dites « prendre une photo », le drone prend une photo. Le drone est autopiloté. Toutefois, ne considérons pas que les gestes de la main ou la saisie vocale soient de l’autonomie. Puis, pour utiliser les fonctionnalités amusantes, votre drone doit être capable de combiner plusieurs techniques d’auto-pilotage. En effet, le drone doit au moins être capable de planer sur place ou de pouvoir vous suivre pendant que vous tournez en rond.

L’autonomie du dronetech Europe implique la capacité de prendre des décisions ainsi que d’opérer sans supervision. Lorsque vous appuyez sur un bouton pour dire à un drone de voler en cercle, c’est simplement une opération autopilotée. Le drone peut avoir une certaine autonomie sur certains aspects de son itinéraire, s’il a des capteurs d’évitement d’obstacles, mais ne le fera probablement jamais, et probablement ne devrait jamais, être 100% autonome.

L’auto-pilotage, est la capacité d’un drone à effectuer des manœuvres aériennes sans être humain aux commandes. L’autonomie, c’est quand le drone décide d’effectuer ces actions de vol autonome sans intervention humaine.

Tout savoir sur le pilotage des drones

Tout savoir sur le pilotage des drones

Est-il difficile d’être celui qui est derrière les commandes d’un drone? Parce qu’il semble que tout le monde saute dans le train des drones, vous pouvez avoir l’impression qu’il n’est pas vraiment difficile de piloter un drone.  Chaque passionné de drone doit commencer quelque part et tous les débutants sont confrontés au défi initial d’apprendre.

Quels sont les facteurs qui rendent les drones difficiles à contrôler?

Le pilotage d’un drone est désorientant

Le défi de commander un drone en utilisant la caméra et en essayant de frayer un chemin à travers les obstacles, constitue une mission désorientant. Si vous utilisez votre œil nu et que le drone est juste visible, il se peut que ce ne soit pas aussi difficile. Toutefois, si vous utilisiez la perspective de la caméra du drone ou la ligne de visée pour suivre le drone, il est étonnamment facile de devenir momentanément agité.

Le pilotage des drones nécessite une assistance

Alors que les pilotes de drones expérimentés peuvent piloter un drone tout seuls, les débutants auront probablement besoin d’une personne pour les aider. C’est parce que vous auriez besoin d’un observateur pour servir de deuxième œil au cas où quelque chose de mal arriverait au drone pendant que vous le pilotez ou au cas où vous auriez besoin de quelqu’un pour vous aider à récupérer le drone si vous faites une erreur en le pilotant.

Évaluer les distances pour un drone

Si vous utilisez la caméra du drone comme point de vue, il est difficile d’estimer les distances. Vous n’aurez pas de problème si vous utilisez vos yeux nus et que vous pilotez votre drone à seulement quelques mètres de haut. Cependant, si vous avez l’intention de le prendre en hauteur, vous constaterez qu’il vous sera très difficile d’estimer les distances entre lui et le sol ou d’autres obstacles tout en restant concentré.

S’adapter aux commandes d’un drone

L’adaptation aux commandes d’un dronetech Europe prendra un certain temps. Les drones peuvent avoir des commandes différentes selon le fabricant. Vous pouvez utiliser une méthode d’essai pour ne pas parcourir des risques pour le drone, pour vous et pour les autres personnes autour de vous. En tant que tel, la meilleure façon pour vous de vous adapter aux commandes d’un drone est d’utiliser le simulateur dédié du drone.

Les erreurs courantes que les pilotes de drones débutants commettent

Voici quelques-unes des erreurs les plus courantes que vous devriez essayer d’éviter lorsque vous êtes encore débutant :

Voler dans des endroits contenant beaucoup d’obstacles: il est préférable d’apprendre à piloter un drone dans un espace ouvert avec peu ou pas d’obstacles.

Ne pas utiliser de simulateur pour démarrer: si les pilotes d’avion apprennent à travers des simulateurs, il n’y a aucune raison pour que vous n’appreniez pas à piloter un drone à l’aide d’un simulateur.

Lancer le drone bien au-delà de ce que vos yeux peuvent atteindre: bien qu’il soit idéal d’apprendre à utiliser la caméra du drone tout en le pilotant, les débutants doivent toujours piloter un drone dans leur champ de vision.

Ne pas tenir compte des conditions de vent: il est difficile de savoir comment piloter un drone dans différentes conditions de vent si vous avez appris principalement à partir d’un simulateur. Même les experts évitent les mauvaises conditions météorologiques.

Ne volez pas lorsque la batterie est faible: cela s’applique à la fois au drone et à votre téléphone. Si l’un d’eux perd de la puissance, vous vous retrouverez certainement avec un drone qui va rapidement s’écraser au sol. C’est d’ailleurs pourquoi aujourd’hui des drones comme le techdrone PRO de chez Dronetech Europe sont équipés de système GPS permettant le retour automatique.